A vos poèmes

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Dim 27 Mar - 2:59

L'hirondelle au printemps ...
Victor Hugo


L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours,
Débris où n'est plus l'homme, où la vie est toujours ;
La fauvette en avril cherche, ô ma bien-aimée,
La forêt sombre et fraîche et l'épaisse ramée,
La mousse, et, dans les noeuds des branches, les doux toits
Qu'en se superposant font les feuilles des bois.
Ainsi fait l'oiseau. Nous, nous cherchons, dans la ville,
Le coin désert, l'abri solitaire et tranquille,
Le seuil qui n'a pas d'yeux obliques et méchants,
La rue où les volets sont fermés ; dans les champs,
Nous cherchons le sentier du pâtre et du poëte ;
Dans les bois, la clairière inconnue et muette
Où le silence éteint les bruits lointains et sourds.
L'oiseau cache son nid, nous cachons nos amours.

_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Lun 28 Mar - 5:09

Saison des semailles le soir
Victor Hugo


C’est le moment crépusculaire,
J’admire, assis sous un portail,
Ce reste de jour dont s’éclaire
La dernière heure du travail.

Dans les terres, de nuit baignées,
Je contemple, ému, les haillons
D’un vieillard qui jette à poignées
La moisson futur aux sillons.

Sa haute silhouette noire
Domine les profonds labours.
On sent à quel point il doit croire
A la fuite utile des jours.

Il marche dans la plaine immense
Va, vient, lance la graine au loin,
Rouvre sa main, et recommence
Et je médite, obscur témoin,

Pendant que, déployant ses voiles
L’ombre où se mêle une rumeur,
Semble élargir jusqu’aux étoile
Le geste auguste du semeur.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Mar 29 Mar - 2:27

La mort d’un chien
Victor Hugo


Un groupe tout à l'heure était là sur la grève,
Regardant quelque chose à terre. - Un chien qui crève !
M'ont crié des enfants ; voilà tout ce que c'est. -
Et j'ai vu sous leurs pieds un vieux chien qui gisait.
L'océan lui jetait l'écume de ses lames.
- Voilà trois jours qu'il est ainsi, disaient des femmes,
On a beau lui parler, il n'ouvre pas les yeux.
- Son maître est un marin absent, disait un vieux.
Un pilote, passant la tête à sa fenêtre,
A repris : - Ce chien meurt de ne plus voir son maître.
Justement le bateau vient d'entrer dans le port ;
Le maître va venir, mais le chien sera mort.

- Je me suis arrêté près de la triste bête,
Qui, sourde, ne bougeant ni le corps ni la tête,
Les yeux fermés, semblait morte sur le pavé.
Comme le soir tombait, le maître est arrivé,
Vieux lui-même ; et, hâtant son pas que l'âge casse,
A murmuré le nom de son chien à voix basse.
Alors, rouvrant ses yeux pleins d'ombre, exténué,
Le chien a regardé son maître, a remué
Une dernière fois sa pauvre vieille queue,
Puis est mort.

C'était l'heure où, sous la voûte bleue,
Comme un flambeau qui sort d'un gouffre, Vénus luit ;
Et j'ai dit : D'où vient l'astre ? où va le chien ? ô nuit !


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Mer 30 Mar - 5:59

La vie aux champs
Victor Hugo


Dès que je suis assis, les voilà tous qui viennent.
C'est qu'ils savent que j'ai leurs goûts; ils se souviennent
Que j'aime comme eux l'air, les fleurs, les papillons
Et les bêtes qu'on voit courir dans les sillons.
Ils savent que je suis un homme qui les aime,
Un être auprès duquel on peut jouer, et même
Crier, faire du bruit, parler à haute voix;
Que je riais comme eux et plus qu'eux autrefois,
Et qu'aujourd'hui, sitôt qu'à leurs ébats j'assiste,
Je leur souris encor, bien que je sois plus triste ;
Ils disent, doux amis, que je ne sais jamais
Me fâcher ; qu'on s'amuse avec moi ; que je fais
Des choses en carton, des dessins à la plume ;
Que je raconte, à l'heure où la lampe s'allume,
Oh! des contes charmants qui vous font peur la nuit;
Et qu'enfin je suis doux, pas fier et fort instruit.
Aussi, dès qu'on m'a vu : «Le voilà !»tous accourent
Ils quittent jeux, cerceaux et balles; ils m'entourent
Avec leurs beaux grands yeux d'enfants,sans peur,sans fiel,
Qui semblent toujours bleus, tant on y voit le ciel !
Les petits -- quand on est petit, on est très-brave --
Grimpent sur mes genoux; les grands ont un air grave ;
Ils m'apportent des nids de merles qu'ils ont pris,
Des albums, des crayons qui viennent de Paris ;


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Jeu 31 Mar - 5:48

La cigale et la fourmi
Jean de la Fontaine (1621-1695)



La cigale, ayant chanté tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'oût, foi d'animal,
Intérêt et principal.
La fourmi n'est pas prêteuse
C'est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour, à tout venant, je chantais,
Ne vous déplaise. -
Vous chantiez ? j'en suis fort aise :
Et bien ! dansez maintenant.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Mar 5 Avr - 5:31

Le corbeau et le renard
Jean de la Fontaine (1621-1695)


Maître corbeau sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître renard, par l’odeur alléché,
Lui tint un peu près ce langage :
- "Hé, bonjour, monsieur du corbeau,
Que vous êtes joli que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.
A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le renard s’en saisit et dit : mon bon monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l'y prendrait plus.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Mer 6 Avr - 6:12

La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf
Jean de la Fontaine (1621-1695)


Une grenouille vit un boeuf
Qui lui sembla de belle taille
Elle qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : “regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ?
Dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
- Nenni. - M’y voici donc ? - Point du tout. - M’y voilà ?
- Vous n’en approchez point.” La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Dim 10 Avr - 6:48

Le lion et le rat
Jean de La Fontaine


Il faut, autant qu’on peut, obliger tout le monde :
On a souvent besoin d’un plus petit que soi.

De cette vérité deux fables feront foi,
Tant la chose en preuves abonde.

Entre les pattes d’un lion,
Un Rat sortit de terre assez à l’étourdie.
Le roi des animaux, en cette occasion,
Montra ce qu’il était, et lui donna la vie.
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu’un autait-il jamais cru
Qu’un Lion d’un Rat eût affaire ?
Cependant il avint qu’au sortir des forêts
Ce lion fut pris dans des rets,
Dont ses rugissements ne purent défaire.
Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents
Qu’une maille rongée emporta tout l’ouvrage.
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Dim 17 Avr - 4:37

Le chêne et le roseau
Jean de La Fontaine


Le Chêne un jour dit au Roseau :
"Vous avez bien sujet d'accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent, qui d'aventure
Fait rider la face de l'eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n'auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l'orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
- Votre compassion, lui répondit l'Arbuste,
Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas.
Vous avez jusqu'ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. "
Comme il disait ces mots,
Du bout de l'horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'Empire des Morts.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Sam 23 Avr - 4:36

Le loup et l'agneau
Jean de La Fontaine




La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.

Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
- Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.
- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point.
- C'est donc quelqu'un des tiens :
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge.
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l'emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 29 Avr - 6:26

Le Laboureur et ses Enfants
Jean de La Fontaine (1621 - 1695)


Travaillez, prenez de la peine :
C'est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu'au bout de l'an
Il en rapporta davantage.
D'argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 6 Mai - 5:56

Le Lièvre et la Tortue
Jean de la Fontaine


Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.
Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point
Sitôt que moi ce but. - Sitôt ? Etes-vous sage ?
Repartit l'animal léger.
Ma commère, il vous faut purger
Avec quatre grains d'ellébore.
- Sage ou non, je parie encore.
Ainsi fut fait : et de tous deux
On mit près du but les enjeux :
Savoir quoi, ce n'est pas l'affaire,
Ni de quel juge l'on convint.
Notre Lièvre n'avait que quatre pas à faire ;
J'entends de ceux qu'il fait lorsque prêt d'être atteint
Il s'éloigne des chiens, les renvoie aux Calendes,
Et leur fait arpenter les landes.
Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,
Pour dormir, et pour écouter
D'où vient le vent, il laisse la Tortue
Aller son train de Sénateur.
Elle part, elle s'évertue ;
Elle se hâte avec lenteur.
Lui cependant méprise une telle victoire,
Tient la gageure à peu de gloire,
Croit qu'il y va de son honneur
De partir tard. Il broute, il se repose,
Il s'amuse à toute autre chose
Qu'à la gageure. A la fin quand il vit
Que l'autre touchait presque au bout de la carrière,
Il partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit
Furent vains : la Tortue arriva la première.
Eh bien ! lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
De quoi vous sert votre vitesse ?
Moi, l'emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez une maison ?


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 17 Juin - 4:37

La poule aux œufs d'or
Jean de La Fontaine (1621 - 1695)


L'avarice perd tout en voulant tout gagner.
Je ne veux, pour le témoigner,
Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable,
Pondait tous les jours un oeuf d'or.
Il crut que dans son corps elle avait un trésor.
Il la tua, l'ouvrit, et la trouva semblable
A celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien,
S'étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
Belle leçon pour les gens chiches :
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches ?


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Invité le Mar 21 Juin - 7:33

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  saphira123 le Mar 21 Juin - 9:25

Pluchon a écrit:Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ...

Moi il ne me manque pas il est avec moi
avatar
saphira123

Messages : 688
Date d'inscription : 19/03/2011
Localisation : Angers

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Piti 'risby le Mar 21 Juin - 9:31

Pluchon a écrit:Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ...

Ah quand même ! Pleure pas, va ! Tu le reverras...

_________________
Ne jamais être content : tout l'art est là. Jules Renard
avatar
Piti 'risby

Messages : 2101
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 33
Localisation : Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Invité le Mar 21 Juin - 10:39

Piti 'risby a écrit:
Pluchon a écrit:Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ...

Ah quand même ! Pleure pas, va ! Tu le reverras...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Piti 'risby le Mar 21 Juin - 10:46

Pluchon a écrit:
Piti 'risby a écrit:
Pluchon a écrit:Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ...

Ah quand même ! Pleure pas, va ! Tu le reverras...


Faut savoir, t'es un ou un ? Décides toi

_________________
Ne jamais être content : tout l'art est là. Jules Renard
avatar
Piti 'risby

Messages : 2101
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 33
Localisation : Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Invité le Mar 21 Juin - 10:47

Les deux, c'est ce qui fait tout mon charme ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Lun 25 Juil - 6:26

Paul Eluard
(1895 - 1952) -


Derniers poèmes d'amour.



J'ai regardé devant moi
Dans la foule je t'ai vue
Parmi les blés je t'ai vue
Sous un arbre je t'ai vue

Au bout de tous mes voyages
Au fond de tous mes tourments
Au tournant de tous les rires
Sortant de l'eau et du feu


L'été l'hiver je t'ai vue
Dans ma maison je t'ai vue
Entre mes bras je t'ai vue
Dans mes rêves je t'ai vue

Je ne te quitterai plus.



Dernière édition par Admin le Jeu 28 Juil - 1:25, édité 1 fois

_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Lun 25 Juil - 6:27

L'Amoureuse
Paul Eluard(1923
)

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s'engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire


Dernière édition par Admin le Jeu 28 Juil - 1:26, édité 1 fois

_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Lun 25 Juil - 6:27

Liberté
Paul Eluard
in Poésies et vérités, 1942



Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J'écris ton nom

Sur les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J'écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l'écho de mon enfance
J'écris ton nom

Sur les champs sur l'horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J'écris ton nom

Sur chaque bouffée d'aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J'écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J'écris ton nom

Sur la lampe qui s'allume
Sur la lampe qui s'éteint
Sur mes raisons réunies
J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer Liberté



Dernière édition par Admin le Jeu 28 Juil - 1:26, édité 1 fois

_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Jeu 28 Juil - 1:25

Poisson
Paul Eluard


Les poissons, les nageurs, les bateaux
Transforment l'eau.
L'eau est douce et ne bouge
Que pour oe qui la touche.

Le poisson avance
Comme un doigt dans un gant,
Le nageur danse lentement
Et la voile respire.

Mais l’eau douce bouge
Pour ce qui la touche,
Pour le poisson, pour le nageur, pour le bateau
Qu'elle porte
Et qu’elle emporte.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Jeu 28 Juil - 1:27

Le pot de terre et le pot de fer
Jean de La Fontaine



Le Pot de fer proposa
Au Pot de terre un voyage.
Celui-ci s'en excusa,
Disant qu'il ferait que sage
De garder le coin du feu :
Car il lui fallait si peu,
Si peu, que la moindre chose
De son débris serait cause.
Il n'en reviendrait morceau.
Pour vous, dit-il, dont la peau
Est plus dure que la mienne,
Je ne vois rien qui vous tienne.
- Nous vous mettrons à couvert,
Repartit le Pot de fer.
Si quelque matière dure
Vous menace d'aventure,
Entre deux je passerai,
Et du coup vous sauverai.
Cette offre le persuade.
Pot de fer son camarade
Se met droit à ses côtés.
Mes gens s'en vont à trois pieds,
Clopin-clopant comme ils peuvent,
L'un contre l'autre jetés
Au moindre hoquet qu'ils treuvent.
Le Pot de terre en souffre ; il n'eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
Sans qu'il eût lieu de se plaindre.

Ne nous associons qu'avecque nos égaux.
Ou bien il nous faudra craindre
Le destin d'un de ces Pots


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Jeu 28 Juil - 1:28

La laitière et le pot au lait
Jean de La Fontaine



Perrette sur sa tête ayant un Pot au lait
Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
Cotillon simple, et souliers plats.
Notre laitière ainsi troussée
Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait, en employait l'argent,
Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couvée ;
La chose allait à bien par son soin diligent.
Il m'est, disait-elle, facile,
D'élever des poulets autour de ma maison :
Le Renard sera bien habile,
S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s'engraisser coûtera peu de son ;
Il était quand je l'eus de grosseur raisonnable :
J'aurai le revendant de l'argent bel et bon.
Et qui m'empêchera de mettre en notre étable,
Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?
Perrette là-dessus saute aussi, transportée.
Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;
La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri
Sa fortune ainsi répandue,
Va s'excuser à son mari
En grand danger d'être battue.
Le récit en farce en fut fait ;
On l'appela le Pot au lait.
Quel esprit ne bat la campagne ?
Qui ne fait châteaux en Espagne ?
Picrochole, Pyrrhus, la Laitière, enfin tous,
Autant les sages que les fous ?
Chacun songe en veillant, il n'est rien de plus doux :
Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :
Tout le bien du monde est à nous,
Tous les honneurs, toutes les femmes.
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;
Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi ;
On m'élit roi, mon peuple m'aime ;
Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;
Je suis gros Jean comme devant.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Jeu 28 Juil - 1:28

Le rat des villes et le rat des champs
Jean de La Fontaine
(1621 - 1695)- Les Fables
.

Autrefois le Rat de ville
Invita le Rat des champs,
D'une façon fort civile,
A des reliefs d'Ortolans.

Sur un Tapis de Turquie
Le couvert se trouva mis.
Je laisse à penser la vie
Que firent ces deux amis.

Le régal fut fort honnête,
Rien ne manquait au festin ;
Mais quelqu'un troubla la fête
Pendant qu'ils étaient en train.

A la porte de la salle
Ils entendirent du bruit :
Le Rat de ville détale ;
Son camarade le suit.

Le bruit cesse, on se retire :
Rats en campagne aussitôt ;
Et le citadin de dire :
Achevons tout notre rôt.

- C'est assez, dit le rustique ;
Demain vous viendrez chez moi :
Ce n'est pas que je me pique
De tous vos festins de Roi ;

Mais rien ne vient m'interrompre :
Je mange tout à loisir.
Adieu donc ; fi du plaisir
Que la crainte peut corrompre.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Jeu 28 Juil - 1:29

Le renard et la cigogne
Jean de La Fontaine


Compère le Renard se mit un jour en frais,
Et retint à dîner commère la Cigogne.
Le régal fut petit et sans beaucoup d'apprêts :
Le galant pour toute besogne,
Avait un brouet clair ; il vivait chichement.
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette :
La Cigogne au long bec n'en put attraper miette ;
Et le drôle eut lapé le tout en un moment.
Pour se venger de cette tromperie,
A quelque temps de là la Cigogne le prie.
« Volontiers, lui dit-il ; car avec mes amis
Je ne fais point cérémonie. »
A l'heure dite, il courut au logis
De la Cigogne son hôtesse ;
Loua très fort la politesse ;
Trouva le dîner cuit à point :
Bon appétit surtout ; renards n'en manquent point.
Il se réjouissait à l'odeur de la viande
Mise en menus morceaux, et qu'il croyait friande.
On servit, pour l'embarrasser,
En un vase à long col et d'étroite embouchure.
Le bec de la Cigogne y pouvait bien passer ;
Mais le museau du sire était d'autre mesure.
Il lui fallut à jeun retourner au logis,
Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris,
Serrant la queue, et portant bas l'oreille.
Trompeurs, c'est pour vous que j'écris :
Attendez-vous à la pareille.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Jeu 28 Juil - 1:30

Le héron
Jean de La Fontaine



Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,
Le Héron au long bec emmanché d'un long cou.
Il côtoyait une rivière.
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ;
Ma commère la carpe y faisait mille tours
Avec le brochet son compère.
Le Héron en eût fait aisément son profit :
Tous approchaient du bord, l'oiseau n'avait qu'à prendre ;
Mais il crut mieux faire d'attendre
Qu'il eût un peu plus d'appétit. Il vivait de régime, et mangeait à ses heures.
Après quelques moments l'appétit vint : l'oiseau
S'approchant du bord vit sur l'eau
Des Tanches qui sortaient du fond de ces demeures.
Le mets ne lui plut pas ; il s'attendait à mieux
Et montrait un goût dédaigneux
Comme le rat du bon Horace.
Moi des Tanches ? dit-il, moi Héron que je fasse
Une si pauvre chère ? Et pour qui me prend-on ?
La Tanche rebutée il trouva du goujon.
Du goujon ! c'est bien là le dîner d'un Héron !
J'ouvrirais pour si peu le bec ! aux Dieux ne plaise !
Il l'ouvrit pour bien moins : tout alla de façon
Qu'il ne vit plus aucun poisson.
La faim le prit, il fut tout heureux et tout aise
De rencontrer un limaçon. Ne soyons pas si difficiles :
Les plus accommodants ce sont les plus habiles :
On hasarde de perdre en voulant trop gagner.
Gardez-vous de rien dédaigner ;
Surtout quand vous avez à peu près votre compte.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Sam 6 Aoû - 5:09


Un oiseau s'envole
Paul Eluard


Un oiseau s'envole,
II rejette les nues comme un voile inutile,
II n'a jamais craint la lumière,
Enfermé dans son vol
II n'a jamais eu d'ombre.

Coquilles des moissons brisées par le soleil.
Toutes les feuilles dans les bois disent oui,
Elles ne savent dire que oui,
Toute question, toute réponse
Et la rosée coule au fond de ce oui.

Un homme aux yeux légers décrit le ciel d'amour.
Il en rassemble les merveilles
Comme des feuilles dans un bois,
Comme des oiseaux dans leurs ailes
Et des hommes dans le sommeil.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 12 Aoû - 1:12


Terre d’amour
Philéas Lebesgue



O mon pays de Bray picard, peuplé de haies
Quelle âme aromatique, irrésistible et douce
Habite en toi, parmi les myrtils et la mousse
Parmi les prés en fleurs et les hautes futaies !

Parce que nous goûtons la rouille de tes sources,
Le pain de tes froments, le cidre de tes pommes,
Ta glèbe a pénétré dans la chair que nous sommes,
Et ton fils, loin de toi, perdent toutes ressources.

C’est que les morts couchés au flanc de tes collines,
Ont haleté sur toi de toutes leurs poitrines
Et t’ont, le long des jours, baigné de sueurs lentes;


C’est que le ciel, soir et matin, mouille et féconde,
Du magique baiser de ses lèvres sanglantes,
Ton sol amer, où le fer brun git sous la sonde.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Sam 20 Aoû - 5:56

Le plus beau pays du monde
Philéas Lebesgue



Le plus beau pays du monde,
C’est la terre où je naquis ;
Au printemps, la rose abonde
Aux abords de ses courtils,
D’elle émane dans la brise
Un arôme sans pareil,
Au clocher de ses églises
Le coq guette le soleil.

On y parle un doux langage,
Le plus beau qu’on ait formé ;
L’étranger devient plus sage,
Quand il se met à l’aimer.
Heureux qui reçut la chance
De l’ouïr dès son berceau,
Car la langue de la France
Est un chant toujours nouveau.

Parfums de fleurs, chants de cloches,
Bruits d’eaux vives, gais frissons
Des tiges qui se rapprochent,
Quand mûrissent les moissons,
Etoiles dans un ciel tendre,
Sourires d’aubes en éveil :
Ah ! mon pays j’aime entendre
Ta chanson dans le soleil !


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Mar 23 Aoû - 5:49

Petit village
Philéas Lebesgue


Petit village au bord des bois
Petit village au bord des plaines,
Parmi les pommiers, non loin des grands chênes,
Lorsque j’aperçois
Le coq et la croix
De ton clocher d’ardoises grises,
De ton clocher fin,
A travers ormes et sapins,
D’étranges musiques me grisent ;
Je vois des yeux dans le ciel étoilé :
Là je suis né !...

Petit village au bord des champs,
Petit village entre les haies,
Tour à tour paré de fleurs et de baies,
Lorsque les doux chants
De ton frais printemps,
Quand l’odeur de tes violettes,
De tes blancs muguets
Pénètre mon coeur inquiet
J’oublie et tumulte et tempêtes ;
J’entends des voix dans le soir parfumé :
Là j’ai aimé.

Petit village de hasard
Petit village aux toits de tuiles,
Où rit le mystère aux rêves tranquilles,
Lorsqu’à mon regard
L’horizon picard
Fait ondoyer ses nobles lignes
Ou que la forêt
Qui moutonne aux coteaux de Bray,
De ses bras tendus me fait signe,
Je goûte en paix l’amour et la beauté :
Là j’ai chanté...


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 26 Aoû - 5:51

Mon père
Philéas Lebesgue


Mes pas dans les tiens, mon Père,
Etouffent leur bruit mou, ce soir,
Dans la bruyère
Où tu vins si souvent t’asseoir,
Pour y bercer ton rêve austère ;
Mes pas dans les tiens,
Mon père, Je me souviens...

Voici le ruisseau, mon Père,
Où nous buvions, loin des regards,
La belle eau claire ;
Voici la prairie aux grisards ;
Voici le sentier aux fougères .
J’entends le ruisseau, Mon Père,
Dans un sanglot...


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Dim 28 Aoû - 4:51

Nenni-dà !
Philéas Lebesgue


La pouliche a renversé
Mon panier de pommes ;
Viens m’aider, mignonne,
A les ramasser !
- Nenni-dà !
Je n’irai pas.
La pouliche est au voisin ;
Vous le savez bien !

Tes agneaux ont piétiné
Mon beau champ de seigle ;
Tu vas, belle espiègle,
Me le moissonner !
-Nenni-dà !
Je n’irai pas.
Ces agneaux sont au voisin ;
Vous le savez bien !

Tes pigeons ont ravagé
Mon jardin de roses :
Dans ta chambre close
J’irai les loger !
-Nenni-dà !
Vous n’irez pas,
Les pigeons sont au voisin
Vous le savez bien !
Viens donc à mon feu de bois
Te chauffer, Jeannette ;
J’ai gâteau de fête,
Et du vin de choix !
-Nenni-dà !
Je n’irai pas.
Vous le diriez au voisin ;
Je le sais trop bien !


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Mar 13 Sep - 6:14

Tu as vieilli
Philéas Lebesgue



Tu as vieilli, ma Mère, et quand je vois tes rides,
Ton dos courbé, tes bras amaigris, ta pâleur,
Je sens monter du fond de ma poitrine aride
Jusqu’à mes tristes yeux une averse de pleurs.

La noblesse des traits usés affirme encore
Que tu es belle en ton printemps, et ton regard
Atteste une vertu que notre époque ignore,
Quelque chose dont l’or ne peut acheter l’art.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Mar 13 Sep - 6:15

Le coucher du soleil
Gérard de Nerval (1808-1855)
(Recueil : Odelettes)


Quand le Soleil du soir parcourt les Tuileries
Et jette l'incendie aux vitres du château,
Je suis la Grande Allée et ses deux pièces d'eau
Tout plongé dans mes rêveries !

Et de là, mes amis, c'est un coup d'œil fort beau
De voir, lorsqu'à l'entour la nuit répand son voile,
Le coucher du soleil, - riche et mouvant tableau,
Encadré dans l'arc de l'Etoile !


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 16 Sep - 7:00

Avril
Gérard de Nerval
(1808-1855)
(Recueil : Odelettes)

Déjà les beaux jours, - la poussière,
Un ciel d'azur et de lumière,
Les murs enflammés, les longs soirs ;
- Et rien de vert : - à peine encore

Un reflet rougeâtre décore
Les grands arbres aux rameaux noirs !
Ce beau temps me pèse et m'ennuie.
- Ce n'est qu'après des jours de pluie

Que doit surgir, en un tableau,
Le printemps verdissant et rose,
Comme une nymphe fraîche éclose
Qui, souriante, sort de l'eau.


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Dim 9 Oct - 6:42

La fable et la vérité
La vérité, toute nue,
Sortit un jour de son puits.
Ses attraits par le temps étaient un peu détruits ;
Jeune et vieux fuyaient à sa vue.
La pauvre vérité restait là morfondue,
Sans trouver un asile où pouvoir habiter.
à ses yeux vient se présenter
La fable, richement vêtue,
Portant plumes et diamants,
La plupart faux, mais très brillants.
Eh ! Vous voilà ! Bon jour, dit-elle :
Que faites-vous ici seule sur un chemin ?
La vérité répond : vous le voyez, je gèle ;
Aux passants je demande en vain
De me donner une retraite,
Je leur fais peur à tous : hélas ! Je le vois bien,
Vieille femme n'obtient plus rien.
Vous êtes pourtant ma cadette,
Dit la fable, et, sans vanité,
Partout je suis fort bien reçue :
Mais aussi, dame vérité,
Pourquoi vous montrer toute nue ?
Cela n'est pas adroit : tenez, arrangeons-nous ;
Qu'un même intérêt nous rassemble :
Venez sous mon manteau, nous marcherons ensemble.
Chez le sage, à cause de vous,
Je ne serai point rebutée ;
à cause de moi, chez les fous
Vous ne serez point maltraitée :
Servant, par ce moyen, chacun selon son goût,
Grâce à votre raison, et grâce à ma folie,
Vous verrez, ma sœur, que partout
Nous passerons de compagnie.

Florian.

_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 28 Oct - 7:07

Les papillons
Gérard de Nerval



De toutes les belles choses
Qui nous manquent en hiver,
Qu'aimez-vous mieux ? – Moi, les roses ;
– Moi, l'aspect d'un beau pré vert ;
– Moi, la moisson blondissante,
Chevelure des sillons ;
– Moi, le rossignol qui chante ;
– Et moi, les beaux papillons !
Le papillon, fleur sans tige,
Qui voltige,
Que l'on cueille en un réseau ;
Dans la nature infinie,
Harmonie
Entre la plante et l'oiseau !...

Quand revient l'été superbe,
Je m'en vais au bois tout seul :
Je m'étends dans la grande herbe,
Perdu dans ce vert linceul.

Sur ma tête renversée,
Là, chacun d'eux à son tour,
Passe comme une pensée
De poésie ou d'amour !




_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Admin le Ven 28 Oct - 7:08


Le relais
G.de Nerval



En voyage, on s'arrête, on descend de voiture ;
Puis entre deux maisons on passe à l'aventure,
Des chevaux, de la route et des fouets étourdi,
L'oeil fatigué de voir et le corps engourdi.

Et voici tout à coup, silencieuse et verte,
Une vallée humide et de lilas couverte,
Un ruisseau qui murmure entre les peupliers,
- Et la route et le bruit sont bien vite oubliés !

On se couche dans l'herbe et l'on s'écoute vivre,
De l'odeur du foin vert à loisir on s'enivre,
Et sans penser à rien on regarde les cieux...
Hélas ! une voix crie : "En voiture, messieurs !"


_________________
Un ennemi sera un jour mon ami ...
avatar
Admin
Admin

Messages : 9861
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 56
Localisation : Angers

http://frontosanimo.blog4ever.com/blog/index-407330.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: A vos poèmes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum